• hotel medium romàntic **

Historia del hotel medium romàntic

Jardin de l´hôtel medium romàntic

D’une maison d’Indianos…

Le bâtiment dans lequel se trouve l’hôtel medium romàntic est une étape quasi incontournable de la “Ruta de los Indianos” de Sitges. Les indianos ou américains (comme on les appelle à Sitges) quittaient l’Espagne pour aller aux colonies des Amériques (Cuba, Puerto Rico…) à la moitié et à la fin du XIXe siècle, à cause de la grave crise économique de l’époque.

À Sitges, port de pêcheurs, il y eut beaucoup de jeunes qui partirent pour faire fortune, notamment Facundo Bacardí (fondateur de la marque de boissons alcoolisées Bacardí) et Brugal, fondateur du rhum Brugal. Les indianos, qui faisaient fortune, revenaient et construisaient de grandes maisons où ils passaient les dernières années de leur vie, profitant paisiblement de leurs rentes.

…à un hôtel

Notre bâtiment, construit en 1897 dans le style colonial, est une maison typique d’indianos et comme telle, elle fut la résidence de familles aisées jusque dans les années 50, puis fut convertie en l’hôtel Tropic. Parmi les travailleurs de l’établissement, il y avait un certain Gonçal Sobrer, artiste-peintre très actif dans le panorama artistique de Barcelone, qui en 1958 acheta l’hôtel et lui ajouta un bâtiment : l’Hôtel Romàntic était né.

Peintures à l´hôtel medium romàntic
Peintures de l´hôtel medium romàntic
Sculpture hôtel medium romàntic

Le « quinto museo » de Sitges

L’histoire de l’hôtel est marquée par le personnage charismatique qu’était Sobrer qui, selon les mots  de l’encyclopédie catalane, fit de l’Hôtel Romàntic : « durant un demi-siècle, un foyer d’activité culturelle » à Sitges. Aujourd’hui, l’hôtel abrite une collection de plus de 300 œuvres d’art avec des fresques de Sobrer, des peintures et des sculptures de différents artistes catalans (Arranz Bravo, Rosa Bachs, Xaus, Pilar Perdices, Subirats, Joan Iriarte, Gerard Sala).

L’hôtel Romàntic est depuis longtemps le « quinto museo » de la villa, mais son importance va bien au-delà du domaine artistique puisque dans les années 70, il ouvra ses portes à la communauté homosexuelle de toute l’Europe. Le mal nommé « tourisme gay » se développe alors discrètement à partir de l’hôtel, puis s’enracinant davantage, atteignit sa dimension actuelle. Dans le jardin et le bar du Romántic, on célèbre des fêtes et des festivals, ainsi que le carnaval lui-même.

Les indianos, l’art, la culture et les transformations sociales : l’histoire de l’hôtel Romántic est un fragment extraordinaire de la propre histoire de Sitges.